Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 18:20

21.12.2012 : Le Mercantour sous les eaux ?

Bientôt va se réaliser la prophétie Maya de la fin du monde, prévue le 21 décembre prochain.
C'est pourquoi il fallait imaginer les conséquences d'un tel cataclysme dans notre région.
Voici (lien ci-dessous) le Mercantour submergé par les eaux, la "revanche de Téthys",

lorsque l'océan à l'origine de la formation alpine, dans un nouveau ballet de plaques continentales,

ressurgit et reprend ses droits.

photomontage inspiré de l'affiche du film "2012"
(représentation de la Madone de Fenestre : le Gélas, le Saint-Robert et le Cayre de Madone vus depuis

le Mont Cavale. Oh, bonne mère !)

Lien
http://www.alpes-oceanes.fr/mercantour2012.jpg


Mathieu Vernerey

Les Alpes Océanes

 

 

mercantour2012

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 18:00

P1020564.JPG

 

 

Le 23 novembre 2012 ont eu lieu les 1er rencontres citoyennes de la montagne, organisées par L’appel pour nos montagnes, la coordination Montagne, la fondation Petzl, la fondation Nature&Découvertes et les Rencontres du cinéma de montagne. (Je vous invite à aller voir directement sur leurs sites internet pour faire mieux connaissance avec chacune des ces organisations.)

 

L’idée, pendant cette après-midi, était de débattre à propos de cinq thèmes prédéfinis en compagnie de professionnels et spécialistes divers. Les sujets des tables rondes étaient donc les suivants :

Sécuriser la montagne, est-ce bien raisonnable ?

Intervenants : Françoise Guais (France 3 Alpes), Philippe Descamps (Fondation Petzl), Paul Petzl (entrepreneur spécialisé), Bruno Gardent (Guide, ancien élu de la Grave), Jean-Pierre Nicollet (PN des Ecrins), Jêrome Blanc-Gras (Guide et enseignant)

Fièvre de l’immobilier : La Suisse se soigne, et la France ?

Intervenants : François Carrel (Journaliste), Georges Ribière (ministère de l’environnement), Anne-Sophie Fioretto (Pacte 3F, Suisse), un spécialiste de l’immobilier ?, Eric Fournier (Maire de Chamonix)

Des refuges, mais pour quoi faire ?

Intervenants : Jean-Michel Asselin (Journaliste), Christophe Revéret (Versant Sud), Georges Elzière (FFCAM), Isabelle Roux (Réseau d’éducation à l’environnement montagnard alpin), Fredi Meignan (Association des gardiens de refuges), Jean-François Lyon-Caen (Ecole nationale supérieur d’architecture de Grenoble)

Au-delà de « To bolt or not to be »

Intervenants : Rozenn Martinoia (Observatoire des pratiques de montagne et d’alpinisme), Pascal Mao (Institut de géographie alpine), Michel Piola (Alpiniste suisse), Andy Parkin (Alpiniste et artiste anglais), Philippe Brass (Guide), Christphe Dumarest (Guide et alpiniste)

Le « tout-ski », c’est fini, mais sans le ski… ?

Intervenants : Philippe Bourdeau (Institut de géographie alpine), Pierre Etchevers (Météo France), Christine Laymard (Association nationale des maires de stations de montagne), Alain Boulogne (CIPRA France), Bruno Fouquet (Atout France), Jean-Pierre Lamic (association des voyagistes et voyageurs éco responsables)

 

Il n’y avait que trois créneaux, certaines tables rondes avaient donc lieu en même temps. Voici un bilan de ce que je retiens de la fin de la rencontre sur « Sécuriser la montagne, est-ce bien raisonnable » ainsi que sur les débats concernant « Des refuges, mais pour quoi faire ? » et « le tout-ski, c’est fini, mais sans le ski… ? ».

Pour les autres tables rondes, un compte rendu devrait être disponible auprès de Mountain Wilderness…pour les adhérents, semble-t-il.

 

 

1 - Sécuriser la montagne, est ce bien raisonnable ?

 

 

 

Lors de mon arrivée tardive, le débat tournait principalement sur la sécurisation du couloir du Gouter, au Mont-Blanc. Ce court passage représente effectivement, près de 20% des accidents d’alpinisme dans les Alpes et la fondation Petzl étudie actuellement la faisabilité d’une galerie pour sécuriser la traversée du couloir.

Cet exemple de « sur-protection » soulève les questions suivantes : 

 

  • Jusqu’où peut-on aller dans l’équipement et la protection de la montagne ? Limiter la prise de risques n’est ce pas enlever une part du plaisir qu’on trouve à faire de l’alpinisme ? En effet, la recherche de l’itinéraire le moins risqué, l’appréhension du risque et l’évaluation de ses propres capacités font parties intégrantes du plaisir de l’alpiniste. En ce sens, le cas du Mont-blanc est assez particulier puisque son ascension est, actuellement, quelque chose de très en vogue, on fait le Mont-blanc à la chaine, parce que ça fait bien de l’avoir fait, même si on n’a jamais fait d’alpinisme et qu’on n’en ferra jamais plus. Mais alors, sécuriser davantage l’un des points dangereux ne va-t-il pas inciter davantage les « clients » à l’ascension ?

 

  • Mais, si on ne fait rien, jusqu’à quel point peut-on tolérer un tel taux d’accidentologie et qui est responsable ?

 

  • Si on sécurise cette traversée du couloir, pourquoi ne pas sécuriser d’autres points dangereux des Alpes ? Il semble qu’un élément de réponse à cette question peut se trouver dans le nombre d’accidents répertoriés.

 

  • Et d’un point de vue financier, une telle galerie, vaudrait elle le coût ? Le prix de la galerie s’élèverai à  1 millions d’euro, tandis qu’un accident coûterai également 1million d’euro à la société d'après la fondation Petzl.

 

 

2 - Des refuges, mais pour quoi faire ?

 

A l’origine, les refuges étaient des abris pour les scientifiques. L’usage « touristique » des refuges est arrivé au 19ième siècle, mais il s’agissait encore d’un tourisme d’élite, très restreint et les refuges tennaient toujours plus de l’abri de fortune juste là pour protéger du froid ou de la pluie dans le but de gravir la montagne le lendemain que du refuge en dur comme on le connait aujourd'hui.

Apparaissent ensuite progressivement, les refuges en dur, mieux équipés puis gardés.

 

  • Et, encore une fois, jusqu’où doit on aller dans l’équipement et le confort des refuges ? Où se situe la limite entre le confort et le réconfort ? Et où doivent se situer les refuges dans tout ça ? N’oublions pas que les refuges sont des hébergements collectifs, ouverts à tous. Il semble d’ailleurs, que sous différents prétextes, de plus en plus de refuges soient complètement inaccessibles hors période de gardiennage.

 

  • Actuellement, les refuges attirent des publics très divers, dont certains sont nouveaux. Les refuges sont de plus en plus le but des randonneurs, que se soit à la journée ou pour y passer une nuit. Certains refuges s’ouvrent donc à des personnes n’ayant pas toujours les clés pour évoluer facilement en montagne. Les refuges ne devraient ils donc pas s’adapter à ce nouveau public et être une sorte de plateforme pédagogique ou, tout au moins de sensibilisation à ce milieu à la fois dangereux et fragile qu’est la montagne ?

 

  • Il semble en tout cas que la majorité des intervenants (aussi bien sur scène que dans le public) soient d’accord sur un point : les refuges en montagnes sont essentiels parce que :
    • Ils sont un lieu de rencontre, d’humanité et de partage qui en font des lieux particuliers où il se passe des choses particulières qu’on ne peut pas vivre dans les villes. Le principe des dortoirs et des tables partagées y est évidemment pour beaucoup ;
    • Ils ont une dimension symbolique. Ils sont l’emblème d’une montagne accessible ;
    • Ils sont une porte de découverte de la montagne ;
    • Ils sont essentiels dans la politique d’animation d’un territoire.

 

  • Si le refuge est un lieu de partage et de découverte de la montagne pour beaucoup de gens, la vie en refuge n’est pas intuitive pour tout le monde et semble demander un minimum d’éducation du public pour que les usagers des refuges ne se posent pas comme de simples clients consommateurs de la montagne. Or, le temps, et l’énergie, manquent aux gardiens et aides-gardiens dont les journées sont déjà longues et chargées. Des partenariats sont donc peut-être à étudier pour mener à bien cette sensibilisation.

 

  • Les refuges ne sont pas rentables (pour la plus part) et sont construits ou rénovés grâce, principalement, à des subventions publiques. La construction d’un refuge coûte aux alentour de 20 000€ par couchette (le transport des matériaux représentant plus d’un tiers du budget). Cet état de faits appelle plusieurs questions :
    • Les refuges, puisqu’ils sont payés en grande partie par les contribuables, ne doivent ils pas rendre des services d’intérêt public ?
    • Pourquoi les collectivités n’utilisent elles pas plus les refuges pour emmener les jeunes en montagne (par exemple) alors qu’elles contribuent à leur construction ou reconstruction ? Un enseignant présent dans le public nous à fait remarquer que des jeunes de Grenoble n’avaient jamais mis les pieds en montagne…
    • Les régions Rhône-Alpes, et PACA, ont la volonté (et sont prètes à financer) de réconcilier les jeunes, les enfants avec la nature et particulièrement avec la montagne et posent la question du « comment faire ? »
    • Pour emmener des jeunes en montagnes et les confronter à des risques mais de façon encadrée, il faudrait reformer un vivier de personnes capables de les encadrer. Il faudrait également modifier la législation qui interdit aux refuges d’accueillir pour la nuit des groupes de mineurs.  (http://www.sitesecurite.com/ERPREF/REF01a07.htm#REF7)

 

Bien que ce débat soit loin d’être clos, une conclusion peut déjà être tirée : l’avenir des refuges nécessite un travail en partenariat avec tous les professionnels de la montagnes et les collectivités.

 

 

3 - Le « tout ski », c’est fini, mais sans le ski… ?


Autrement dit, le réchauffement climatique est là, on le sait, il faut faire avec, mais qu’est ce qu’on fait maintenant ?

 

Le réchauffement climatique entraine une diminution moyenne de 13cm de l’épaisseur de neige en moyenne montagne (entre 900 et 1500m) tandis que la haute montagne n’en souffre pas. On peut donc se poser des questions sur l’avenir de ces stations de ski et villages de moyenne montagne qui sont fortement dépendant de la saison d’hiver y compris pour les activités annexes puisque certains ne doivent leurs écoles, postes, pharmacies... qu’à la population qui vit sur place grâce à l’activité hivernale.

 

Notons toute fois que le taux de fréquentation des stations n’a pas diminué malgré la crise. « Le skieur est un résistant » dixit l’un des intervenant.

Pour faire le lien avec la table ronde sur l’immobilier (à la quelle je ne suis pas allée), la préfecture de Savoie recense une hausse  de 10% des constructions touristiques pour « seulement » 7% de croissance du tourisme sur 10 ans. Le business touristique se transforme en un business immobilier.

 

La question est donc « Comment faire pour que la population qui vie actuellement avec la neige puisse continuer à vivre et travailler « au pays » ? »

 

Si certaines idées ont été abordées telles que favoriser les transports en communs pour attirer les gens et les jeunes, développer des activités « estivales » pendant l’hiver, sensibiliser les gens pour qu’ils aiment et viennent en montagne pour la montagne et non pour le ski alpin (qui après tout, défigure plus la montagne qu’autre chose)…la discutions a très peu avancée.

 

 

Pour clore cette après-midi studieuse, l’organisation nous a permis d’accéder à la soirée de clôture des rencontres du cinéma de montagne pour admirer des film faisant rêver et espérer que la montagne restera un terrain de jeu merveilleux et le plus naturel possible pour encore longtemps...

 

Dénalie B.

 

D'autres infos :

 

http://www.mountainwilderness.fr/montagne-à-vivre/actions/3108-1eres-rencontres-citoyennes-de-la-montagne-pari-tenu-perspectives-en-vue-.html?task=view

 

http://vimeo.com/54518945

 

 

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 19:36

article NM

 

Les images de la soirée et les photos exposées sont visibles ici : link

Encore merci à tous les participants et à l'année prochaine.

 

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 15:53

affiche 3

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 14:56

Samedi 17 novembre

entre Tinée et Vésubie... 

soirée remise des prix du concours photo 2012 


"Lumières du Mercantour"

 

Nous vous accueillerons avec plaisir autour du verre de l'amitié à partir de 17h30 au

 

lycée  de la montagne,

quartier du clôt ,la Bolline

06420 Valdeblore

 

 

* Vernissage de l'exposition.

* Projection des images de nombreux participants

* Remise des prix aux lauréats

 

Voici la liste des 20 photographes selectionnés par notre jury :

 

Barthélémy Lionel, Beltrando Léo, Bianchery Marc, Bontempi Fabrice, Boulet Florent,

Bourgès Dénalie, Collette Céline, Dessaint Vincent, Foucart Jérémy, Franquin Daniel,

Gué Alexandre, Kopecny Emmanuel, Mangold Evelyne, Montels Johan,  Morel Paul,

Moro Bastien, Passeron Alain, Pedrocchi Laurence, Rostan Gérard, Salin Christian.

 

Les 5 lauréats seront prévenus individuellement..

 

 

pour info :

si votre nom figure dans la liste suivante vous aviez passé le cap de la première sélèction :

Aygaleng Guillaume, Laignez Sylvain, Orengo Philippe, Pietrich Aleksandra, Romanetto Virginie,

Sauvy mathieu, Somenzi gael, Ta Thu Thui, Teisseire Eric, Varoquaux Emmanuel, Voegeli Caroline.

 

Merci pour votre participation.

 

Les Vigilants

 

 

Sans titre - 2      foto      EXPE copie petit petit

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 19:11

 

 

DSC6190 copie

DSC6191 copie   

 

DSC6192 copie

 

DSC6187 copie  DSC6200 copie

 

 

DSC6219 copie   DSC6220 copie

 

 

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 14:26

Une visite - à pied bien sûr - à Mollières permet de noter les points suivants.


Aucune trace de travaux, ni panneaux annonçant quoi que ce soit concernant la piste. Aux dernières nouvelles, il ne serait plus question de goudronner entièrement la piste, mais de l'entretenir en goudronnant les endroits les plus abimés.

 

Beaucoup de travaux à Mollières, alors que la nouvelle charte stipule que Mollières fait partie "Des villages et hameaux dans lesquels la rénovation de bâtiments à usage d’habitation peut être autorisée".
A voir les travaux, on se dit qu'on est bien au-delà de la simple rénovation !!

 

Photos :

Mollières 5

 

Mollieres-4.JPG

 

Mollieres-3.JPG

 

Mollieres-2.JPG

 

Mollieres-1.JPG

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 18:05

Une centaine de participants cette année encore pour notre troisième concours photo 

                         

                                         "Lumières du Mercantour "

 

La soirée de remise des prix est fixée au samedi 17 Novembre au lycée de la montagne

06420 Valdeblore (à confirmer).

Le lieu exact, l'heure et bien sur la liste des photographes exposés seront annoncés sur le blog

le plus rapidement possible.

 

Les membres du jury :

 

Thomas Lévy, photographe professionnel :

 http://www.cannes-mariage.com/

 

Alexis Nouailhat, artiste peintre, membre associé de Mountain Wilderness :

http://alexis-nouailhat.com/

 

Mathieu Vernerey, photographe, journaliste, gardien de refuge :

http://www.alpes-oceanes.fr/

 

 

1er prix : une journée avec un guide de haute montagne : http://revalpin.over-blog.com/

2ième prix : une tente Vaude

3ième prix : un duvet warmth

4ième prix : un sac à dos vaude

5ième prix : un sac à dos millet

Ces lots sont fournis par notre partenaire : www.expe.fr/

Pour les 20 photographes exposés : leur image en 30x45 cm : http://www.cannes-mariage.com/

 

Les photographes du concours 2011 pourrons récupérer leur image lors de la soirée.

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 22:06

L1000508

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 19:48

Dans le cadre du "PIT" Plan Intégré Transfrontalier,

http://fr.marittimemercantour.eu/les-projets-transfrontaliers/pit

11 élèves de terminale S (spécialité svt)  du lycée de la montagne de Valdeblore se sont

rendus sur le versant italien de nos montagnes pour un travail sur la glaciologie.Travail

en partenariat avec le lycée S.Pellico de Cuneo.

 

Mercredi 26 septembre :

Conférence glaciologie à Cunéo.

Visite de la ville.

Soirée et nuit à Trinità d'Entracque. http://www.locandadelsorriso.com/fra/index.asp

 

L1000437

 

 

Jeudi 27 septembre :

Travail sur la glaciologie et la biodiversité à Piano del Valasco avec les guides

du Parc Alpi Marittime.

Visite du Parc à loups.

Visite d'Entracque.

Retour à Trinità et footing à la frontale pour les plus courageux...

 

L1000482

 

L1000491

 

 

Vendredi 28 septembre :

Conférence sur les changements climatiques à Cuneo et retour à Valdeblore par le col

de la Lombarde.

 

L1000532

Repost 0
Published by vigilance-mercantour
commenter cet article